Antoine Voyage...

Tour du Monde, voyages, découverte

09 août 2013

Anuradhapura la cité ancienne et Nilaveli sur la côte est

Nous 

arrivons à Anuradhapura après un trajet en bus digne de ce qu'on pouvait en attendre. Lent, arrêts multiples, un peu poussiéreux. Il fait beau et chaud. La douche sera réparatrice, la bière salvatrice. 
Nous nous attaquons le lendemain matin à vélo a cette belle, riche et antique cite d'Anuradhapura. Les sites sont nombreux. Nous allons de dagobas en dagobas, de ruines de temples en ruines de monastères. Des singes nous accompagnent au plus grand plaisir de Sophie qui les découvre en liberté. Nous avons la chance d'assister à des processions aux pieds de deux immenses dagobas nous plongeant dans cette culture bouddhiste.
La journée sous le soleil à vélo fut une très belle journée qu'une bière bien fraiche viendra immanquablement clôturer...
Ce pays nous plait déjà et nous n'y sommes que depuis 2 jours. 
Sans itinéraire précis, notre programme restait libre et c'est en discutant et en dinant avec deux italiens que nous avons décidé de prendre la direction de la côte est pour aller passer quelques jours aux bords de l'océan dans le Golfe du Bengale.

Le petit-déjeuner fut rapide et matinal. Le seul bus part pour Trincomalee à 7h30. Ce n'est qu'en milieu d'après-midi que nous arrivons à Nilaveli. Le trajet fut long, fatigant, poussiéreux. 20 à 30 km/h de moyenne... La route est en travaux du début à la fin et ne sera probablement pas finie de sitôt. Notre bus capricieux demandera qu'on le pousse car impossible de le démarrer quand le chauffeur avait la mauvaise idée de caler. Pousser un bus plein à 8 personnes en plein soleil, c'était l'exercice du jour !
Nous trouvons une guest-house ouverte depuis 15 jours, nickel et pas chère. Mais c'est extenuée, fatiguée physiquement et nerveusement qu'arrive Sophie aux bords de l'eau. Heureusement le bon repas et le bain sous le soleil, les cocotiers et la plage de sable blanc lui font retrouver des couleurs.
Nous y passons deux jours afin de profiter, de se sentir en vacances et d'évacuer le stress et l'agitation bien française qui ont rythmés nos vies ces derniers temps.
Nous finissons la soirée sur la plage où les lumières des barques de pêcheurs dessinaient une ligne d’horizon et la tête dans les étoiles à regarder celles filant d'une constellation à une autre, d'une galaxie à une autre.

La plongée était aussi une des raisons de cette virée bangalienne (...). Nous faisons deux plongées sympas et je découvre Sophie sous l'eau, avec ces 6 ou 7 plongées seulement au compteur, une jeune girelle bien à l'aise. C'est du bonheur.
Les plongées, sans être exceptionnelles sont agréables. On s'attendait à plus de faune. Mais si le tsunami date de 9 ans déjà, les dégâts sont encore perceptibles sur la flore. Trincomalee et les environs ont payé un lourd tribu de 1 500 victimes lors de cette catastrophe.
C'est toujours aussi bon de se retrouver sous l'eau et d'oublier un instant sa vie de terrien.

Le Sri-Lanka, une destination très... française. Nous rencontrons beaucoup de français et même les locaux nous demanderont souvent pourquoi il y a autant de français dans leur pays.

Nous avons rechargé les batteries et sommes prêts à nous enfoncer dans le centre de l'île, à la découverte des autres paysages et des autres visages de ce pays.

Pace Salute

Posté par Antoine Voyage à 19:40 - Y - Le Sri Lanka - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire