Antoine Voyage...

Tour du Monde, voyages, découverte

08 juin 2008

Rangiroa, ses Fonds et ses Poissons

Une chose est sûre, Rangiroa n'a pas failli à sa réputation.
Et j'ai encore ouvert la Boite à Extras avec un plaisir non dissimulé.

Les plongées s'enchaînent, cinq au total en 2 jours. Le troisième jour, prenant l'avion, il ne nous est pas possible de redescendre, dommage, on est si bien au fond.
Nous avons plongé avec le club "Six Passengers" dont le sérieux et la bonne ambiance décrite par

Vincent

, mon cousin qui a plongé longtemps avec eux a contribué à passer un bon moment. Encore merci du tuyau

Vincent

.

Plongées de rêve. Quand le rêve devient réalité. Qui n'a pas rêvé de plonger avec des dauphins, de jouer avec eux, de voir des requins, des raies mantas et je ne sais encore ? Nous avons tout vu, tout vécu dans la même plongée mais aussi dans les autres.

La première plongée restera un de mes souvenirs les plus forts de plongée.
Dès le début, deux dauphins sont là. Ils viennent vers nous. Nous jouons avec eux. L'un d'eux se laisse papouiller, caresser le ventre. Nageant à ses côtés, le suivant dans ses déplacements, je le caresse, je virevolte avec lui avec certes moins d'aisance mais avec autant de plaisir, me demandant si tout cela est bien réel. Nos regards se croisent, moment d'échange, de complicité.
Les requins sont également de la partie, des pointes blanches, des pointes noires et de récifs. Je suis tombé amoureux du requin. Les voir nager est un réel plaisir. Ils semblent tranquilles mais leur force est bien réelle, ils ont le regard et le faciès agressifs mais sont calmes.
La visibilité est exceptionnelle, que je me sens bien par 50 m de fond à observer la surface et la vie sous-marine. J'ai envie de rester là, de descendre plus bas...
Les carangues et les baracoudas sont là, nous jouons avec des tortues.
Puis c'est aux raies mantas d'entrer en action. Une quinzaine finira par passer au dessus de nous, à côté, en dessous, nous présentant leurs formes tel un défilé de haute couture. Leur envergure est telle (3 à 5 m) qu'on se sent petit. Elles dansent, elles volent, je suis sous le charme.
Nous vivons ce rêve quand un requin marteau vient nous rendre une visite curieuse, se demandant qui sont ces êtres qui font des bulles avec des yeux grands ouverts. Aux dires des moniteurs, il n'est pas si fréquent d'en apercevoir, quelle chance. La taille du requin marteau n'a rien à voir avec celle des "pointe blanche". Sa gueule est impressionnante et il possédait un ventre bien rebondi, il devait avoir déjà mangé. Ce requin attaque sans complexe d'autres requins, des mantas mais apparemment pas les plongeurs.
Nous remontons à la surface avec des souvenirs plein la tête, un sourire d'enfant accroché à notre visage, avec le sentiment d'avoir vécu quelque chose de très fort, un bout de rêve.

Les autres plongées furent du même ordre, avec des dauphins jouant entre eux, se tapant nageoire contre nageoire, avec des belles raies léopard, des immenses bancs de poissons tournoyant dans le courant, des requins, une tortue qui voulait un câlin.
Les dauphins nous offrent également un spectacle au dessus de l'eau, jouant dans les vagues, sautant à plusieurs mètres de haut, sans pour autant qu'un homme assez fier pour se croire grand dresseur d'animal ne lui offre une sardine pour sa prestation.
La vie sous l'eau est riche et on a plaisir à observer tous ces poissons, petits ou gros dans leur espace naturel, dans leur vie quotidienne.
Nous débutons une des plongées dans le bleu, avec pour seule vision du bleu autour de nous, n'apercevant ni le fond ni les tombants. Superbe vision que ces plongeurs en suspension dans le bleu, à observer les quelques requins venus nous saluer. L'un d'eux s'approche très près et repart à toute vitesse, laissant sur place un rémora (petit poisson pilote accroché sous lui) qui souhaitait alors que je lui serve de nouveau support.
La dernière plongée, au soleil couchant, nous offre un autre spectacle avec une vie qui s'organise différemment.
Des dauphins sont là mais assez nerveux et nous n'avons pas su quelle était la part de jeu et d'intimidation. L'un d'eux arrive très vite sur moi, acceptant un bref instant que je le suive dans ces déplacements, se dressant devant moi avant de partir comme une balle rejoindre les autres.
Nous sortons de l'eau, il fait quasiment nuit et même bien fatigué, nous ne pouvons cacher notre joie d'avoir vécu tous ces moments.

De retour, trop fatigué pour avaler un morceau, avec le sentiment de ne pas avoir assez décompressé, je pars finir ma plongée, mes paliers dans les bras de Morphée.

Pace Salute

Posté par Antoine Voyage à 01:13 - L - La Polynésie-Française - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire