Antoine Voyage...

Tour du Monde, voyages, découverte

27 mai 2008

Tahiti, Moorea et la Famille

Les jours passent..., déjà plus d'une semaine que je suis arrivé en terre française.

Dimanche dernier, 20h30, mon avion arrive à Papeete. Je sors de l'avion, il fait chaud, humide mais le temps orageux a rafraichi l'atmosphère. Accueilli avec une fleur et trois musiciens, je ne peux me tromper. Je suis "dans les iles" comme on dit. Mais c'est plus l'accueil familial que je retiendrai. Des cousines habitent ici depuis plus de 10 ans alors quel plaisir d'être accueilli avec un joli collier de fleurs, comme au cinéma, comme dans les prospectus. Mais là pas d'hôtesse formatée avec sa petite tenue rougeoyante et sa pancarte mais Sophie, une cousine et son ami Michel, plus vrais que nature donnant à l'accueil la note personnalisée que j'aime tant. La classe. Emotion.

Je découvre la ville, je découvre l'île. La famille, même à l'autre bout du Monde n'a pas changé. Les soirées, apéros, accueils sont dignes de notre nom. J'avoue humblement qu'après plus de six mois de vadrouille loin de tout ça, c'est plutôt agréable et je m'en délecte honteusement.

Sophie, en vacances pour la semaine me sert de guide et m'accompagne deux jours sur Moorea, l'île la plus proche de Tahiti. Plus sauvage et calme, nous partageons notre visite entre découverte, pique-nique sur la plage, bain de mer, bain de soleil, apéro. Encore MERCI Sophie.
J'avoue humblement m'être dit, allongé dans les eaux chaudes du lagon : "Tu te rends compte, ça fait presque 7 mois que ça dure, que c'est ainsi ?!...". Je sais, c'est honteux de dire ça mais c'est tellement vrai.

Je me balade sur l'île de Tahiti à la découverte des paysages montagneux, verts à la végétation florissante, des plages de sable noir, de sable blanc, des vagues mythiques et de petits villages au goût plus local que la capitale acidulée. L'océan est chaud et pas une journée ne passe sans que je m'accorde ce bain si bon dont je ne me lasserai donc jamais. Je n'oserais donner la température de l'eau de peur de faire regretter à mes adorables lecteurs la douceur de leur douche ou d'un bon bain, même crapuleux.
En parlant de crapule, petite pensée à Gégé, cet amoureux de la Polynésie.
Invité à droite et à gauche, je plonge alors dans une atmosphère festive où chaque soirée est un moment agréable.

Certes je suis loin du côté un peu plus "baroudeur" de mes périples africains, indiens et asiatiques mais a-t-on besoin de barouder pour voyager ? Le voyage doit-il être synonyme d'inconfort ou de "cheap" ?
Je ne pense pas. Le voyage est un but en soi ; c'est la découverte, l'envie de découvrir d'autres horizons, cultures, vies et je ne sais encore. Il n'est donc pas compatible avec "petit budget" uniquement mais peut aussi s'accorder avec un séjour dans des endroits plus développés, où l'on parle français et où la vie est chère.

La semaine passe vite et l'heure des retrouvailles a sonné. Vendredi soir, 23h, aéroport de Papeete-Fâaa ; mes parents, ces illustres géniteurs qui me suivent sur la toile depuis le premier jour de mon départ n'ont pas résisté et n'ont pas hésité à transpercer la toile et à faire un voyage de plus de vingt heures pour venir me retrouver. Depuis le temps que l'appel tahitien avait été lancé, ils font ici d'une pierre deux coups.
Accompagné de mes cousines et de leurs conjoints (qui sont en fait les cousines de mon père), nous les accueillons à l'aéroport, colliers de fleurs en mains. Là encore l'émotion est forte. Pratiquement sept mois sans se voir. Et même s'il est vrai que le blog et le téléphone permettent de garder le contact, ça ne remplacera jamais la bonne étreinte d'un enfant dans les bras de sa mère, dans les bras de son père. C'est d'ailleurs un record car en plus de 30 ans, c'est la première fois qu'on passe autant de temps sans se voir. Malgré l'heure tardive, il a bien fallu boire un coup pour fêter ça...

J'ai également goûté aux tatamis polynésiens. Reçu encore une fois très sympathiquement par un des clubs de Judo de Papeete, j'enfile un kimono et m'entraîne avec plaisir et douleur (oh ! la béquille...). Bon esprit, bonne ambiance, bon niveau, tout était réuni et ce fut agréable.

Le week-end est donc tahitien, des repas à la météo, de l'ambiance à la décontraction. Nous adoptons un rythme tranquille avec une ambiance extra et une famille extra. Merci encore à Pascale et Christian pour leur super accueil. Ce n’est pas compliqué le bonheur, non ?!... LA VIE EST BELLE !

Pace Salute

Nota : j'ai retrouvé un clavier azerty alors les accents sont de retour... 

Posté par Antoine Voyage à 23:56 - L - La Polynésie-Française - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Iaorana !!

    Iaorana !! Alors frero ,lorsque je te disais que la Polynesie c'était de la folie pleine de douceur!! As tu "ressenti" te Mana de Moorea ?? Le Judo sur Papeete ,t'as dû rencontrer des Lyonnais ,tu était à Mahina ou à Papeete ?? Voilà camarade quant à nous Guillaume prépare une paella au club le 28 Juin et ........... sangria à profusion !! Amitié GG
    Nana !

    Posté par GG, 12 juin 2008 à 14:55

Poster un commentaire